par Matthieu Hoffstetter

Dans la 6e édition de leur Global Talent Competitiveness Index (GTCI), Adecco et l’Insead placent la Suisse à la première place mondiale. Notre pays attire toujours les talents du monde entier, même si la disponibilité de populations immigrées ou les inégalités femmes-hommes grèvent cette performance.

Que la Suisse ait des atouts pour attirer les talents n’est pas nouveau. Depuis de nombreuses années, notre pays a renforcé son attrait aux yeux des étudiants, chercheurs, ingénieurs, cadres dirigeants, managers, entrepreneurs du monde entier. Avec la combinaison d’un tissu de PME performantes et d’une série de leaders mondiaux dans leurs secteurs (pharma, agroalimentaire, finance, industrie,…), la Suisse s’est positionnée depuis la deuxième moitié du XXe siècle dans le peloton de tête des destinations pour les talents de la planète.

logo

Fraueninfo a pour but d'informer les femmes sur des thèmes socio-politiques pour qu'elles se forgent  leurs propres opinions. Par l'organisation d'événements, Fraueninfo espère éveiller l'intérêt des femmes pour des sujets complexes.

Fraueninfo a un réseau fort au niveau cantonal et fédéral.

En savoir plus : http://www.fraueninfo.ch

En Suisse, les femmes restent peu présentes dans les milieux de la science et de la technologie.       

Selon les données de l'Office fédéral de la statistique (OFS), en Suisse, les chercheuses sont peu présentes au plus haut niveau de la recherche scientifique. Ainsi, au sein des hautes écoles, elles ne composent que 26% des professeurs faisant de la recherche. Cependant, le nombre de chercheuses croît plus vite que celui des chercheurs.

Tous les trois ans, le rapport «She Figures» présente les principales statistiques européennes sur la participation des femmes au monde de la recherche. Ce rapport est produit par l’Union européenne (UE). La publication couvre tout le parcours professionnel des femmes, depuis l’enseignement supérieur jusqu’au marché du travail. «She Figures 2012» présente les dernières données disponibles dans ce domaine pour les 27 pays de l’Union européenne, la Croatie, l’Islande, Israël, la Norvège, la Suisse et la Turquie.

Pourquoi venir au CLAFV ?

C’est un réseau particulièrement doté en compétences féminines, qui permet des échanges très enrichissants ; une véritable interface de la vie civique, entre vie économique, politique et société en évolution.

Le CLAFV regroupe un très grand nombre de femmes par le canal de ses 40 membres collectifs et plus de 50 membres individuelles.

Toute association et personne qui adhère aux buts statutaires et en fait la demande peut devenir membre du CLAFV.

Devenir membre